alt="vaches-laitiere-ration-hangar"

Renouvellement des génisses : quelle stratégie adopter ?

Clarifier ses objectifs en matière de renouvellement est indispensable pour optimiser la rentabilité de son atelier bovin lait. Pour cela, il est primordial d’évaluer le coût de renouvellement des génisses, un calcul qui n’est pas toujours simple à faire. Lait Solutions vous  conseille et vous présente plusieurs stratégies de renouvellement envisageables.

Dans un troupeau de vaches laitières, on remplace les vaches réformées par de nouvelles femelles. Ce renouvellement a plusieurs objectifs. Quantitatif et/ou qualitatif et nécessite d’anticiper l’évolution de l’élevage à court et moyen termes.

Attention au coût de renouvellement

Le coût de renouvellement mesure la différence entre le prix moyen des vaches qui quittent l’exploitation et le prix de revient des génisses qui intègrent le troupeau. Selon la destination, boucherie ou élevage, l’impact économique sur le coût de renouvellement est sensible. De même, l’âge au vêlage est un facteur discriminant important. Pour un élevage de 60 VL, gagner deux mois d’âge au vêlage en passant, par exemple, de 29 à 27 mois peut se traduire par une économie de plus de 2.000 € par an.

Ce critère analytique nécessite d’abord d’isoler les charges et les produits de l’atelier bovin lait des autres ateliers de l’exploitation. Pour cela on calcule le coût de production du litre de lait. Puis, les charges affectées aux élèves seront isolées de celles affectées aux vaches laitières.

Le coût de renouvellement peut varier d’un exercice à l’autre, selon les pertes de vaches et le taux de renouvellement. Par exemple, en Bretagne, on note des écarts de coûts de renouvellement de 14 € par 1.000 litres de lait, avec des variations allant de 8 à 30 € par 1.000 l, dans certains cas.

À noter : un calcul du coût de renouvellement sur plusieurs années est le plus pertinent.

Si le troupeau s’agrandit, on peut accepter un taux de renouvellement supérieur. En effet, il y a moins de vente de vaches et on fait entrer des génisses.

Comment renouveler son troupeau ?

Trois stratégies sont possibles pour renouveler les vaches de son troupeau :

  • Élever des génisses pour assurer le renouvellement strict du troupeau (25 % par an)

Les + : on limite les besoins en bâtiment et l’azote règlementaire produite, on augmente les surfaces de culture en vente et on maîtrise la charge de travail.

Les – : le risque de manque de renouvellement en cas d’accident (santé/sanitaire), manque de réactivité si la possibilité de produire plus de lait se présente, risque sanitaire en cas d’achat de génisses.

Conditions de réussite : viser 25 % de taux de réformes boucherie, valorisation par la vente de veaux croisés (20 % des IAP), avoir des niveaux de marge suffisants sur les cultures de vente.

 

  • Élever des génisses pour le renouvellement et la vente de génisses pleines ou de vaches en lait

Les + : valorisation de prairies permanentes, augmentation de la productivité des prairies, marge de sécurité, flexibilité des volumes à produire, vente de génisses amouillantes ou de vaches en lactation.

Les – : besoins supérieurs en bâtiment et en surfaces fourragères, diminution de la part de cultures de vente, risque d’augmentation du taux de réforme boucherie, augmentation de la charge de travail.

Conditions de réussite : maintenir un taux de réforme boucherie à 25 %, préparer et mettre en valeur les animaux à commercialiser.

 

  • Déléguer l’élevage des génisses

Les + : amélioration des conditions et du volume de travail, diminution des unités d’azote réglementaires et des besoins en bâtiment, libération des surfaces pour des cultures de vente.

Les – : des besoins en trésorerie pour le rachat des animaux, risque sanitaire lors de l’introduction d’animaux, moindre connaissance des animaux.

Conditions de réussite : trouver un éleveur de confiance et contractualiser la relation.

Quels postes de dépenses intégrer dans le calcul du coût de renouvellement ?

Les charges sociales, les coûts de structure (eau, électricité, etc.), bâtiments, foncier, mécanisation autre que la récolte, la récolte SFP (amortissements, carburant, entretien, etc.), intrants SFP, les achats de fourrages, les concentrés et les minéraux, le lait entier ou les aliments d’allaitement, les frais vétérinaires, les frais d’élevage dont la paille, le prix de cession du veau : ventiler les postes de charges à affecter aux génisses permet de calculer le coût des génisses (hors rémunération du travail).

Le coût de renouvellement est très dépendant du coût de production des génisses. Voici quelques pistes afin de le maîtriser :

  • Tenir compte de l’âge du vêlage : en produisant une génisse qui vêle jeune, c’est-à-dire entre 24 et 27 mois, on aboutit à un coût de production plus faible. Pourquoi ? Avoir moins d’animaux nécessite moins de surface fourragère et un nombre de places en bâtiment réduit.
  • Faire attention à la saison de vêlage : la saison de vêlage influence le coût de production de la génisse au travers de la période hivernale. En effet, si une génisse naît en septembre ou en octobre et vêle à 26 mois, elle n’aura qu’un seul hiver à recevoir des fourrages de conserve (hormis la phase de naissance, qui dure six mois). À l’inverse, une génisse née en fin d’hiver ou au printemps aura un premier pâturage court et un régime de conserve pendant deux hivers.
  • L’itinéraire alimentaire : le poste alimentaire représente l’essentiel des charges opérationnelles. Comment maîtriser ce coût sans empêcher la croissance ? En mettant les animaux, dès 5 mois, à l’herbe ; en profitant de la croissance compensatrice à l’herbe en rationnant les animaux en hiver, notamment en vêlage semi-tardifs ; en utilisant des aliments simples et en pratiquant le pâturage hivernal sur des animaux à vêlage semi-tardif.
  • Bien réfléchir avant d’investir : les charges de structures pèsent sur le coût de production d’une génisse. Le coût d’investissement de la place (dimension, type de logettes, bâtiment) varie de 600 à 1.100 €. En effet, l’amortissement d’un bâtiment est un des postes clés. Il faut donc réfléchir à ses besoins en bâtiments avant d’investir.

Le conseil de Lait Solutions

Vous voulez des conseils sur le renouvellement de votre troupeau ? Vous voulez choisir une stratégie adaptée à votre système et qui ne fera pas exploser vos coûts de structure et de fonctionnement ? Pour ne pas mettre en péril votre rentabilité, faites appel à nos consultants professionnels.

 

LIRE AUSSI : Comment faire des lots pour réussir la période de tarissement du troupeau laitier ?