production laitière

Prix du lait : comment optimiser la rentabilité de votre exploitation ?

La rentabilité de votre exploitation laitière peut s’exprimer via un indicateur, l’EBE (excédent brut d’exploitation). Il existe des éléments techniques vous permettant d’accroître votre rentabilité. Lait Solutions vous guide.

Qu’est-ce que l’EBE ?

L’EBE est un critère de rentabilité de votre exploitation laitière. Il varie en fonction de la conjoncture mais aussi des résultats techniques que vous obtenez : mécanisation, exploitation des bâtiments, charges de structure, etc.

Cet EBE est utilisé pour rembourser vos annuités d’emprunts et vous rémunérer. Si ces deux postes sont couverts, vous disposez alors d’une capacité d’autofinancement ou marge de sécurité.

Optimiser votre EBE

A conjoncture économique égale, certains producteurs laitiers affichent une rentabilité supérieure à l’EBE moyen. En effet, on constate un écart de 68 € / 1 000 litres entre les extrêmes (étude conduite sur 5 ans). Comment font-ils ? Nous vous donnons des éléments de réponse.

  • La valorisation du lait

Sur ce critère, on constate un écart de 8 € / 1 000 litres entre les exploitations. Afin d’optimiser la qualité du lait, quelle est la marche à suivre ?

  • assurer un meilleur suivi technique de la qualité du lait
  • vérifier le bon fonctionnement de la machine à traire
  • optimiser la situation sanitaire de l’élevage et la qualité de logement des animaux

 

  • L’optimisation des fourrages et des concentrés

L’écart entre exploitations est de 12 € /1 000 litres pour les fourrages, et 8 € / 1 000 litres pour les concentrés.

Le poste fourrages est un levier essentiel pour maîtriser vos coûts de production. Afin de gagner en rentabilité, voici quelques axes de travail :

  • améliorer les rendements herbe et la gestion du pâturage (installation de paddocks)
  • mettre en cohérence les surfaces herbe-maïs avec vos objectifs de production
  • gérer les stocks pour anticiper les aléas climatiques
  • optimiser la fertilisation et le traitement du maïs

 

Les concentrés doivent, eux, valoriser au mieux les fourrages. Les exploitations les plus performantes ont une moyenne d’étable supérieure de 450 kgs par vache laitière. Comment rationaliser ces coûts ?

  • améliorer la qualité de la ration
  • garantir des apports de fourrages à volonté
  • mettre en place une complémentation adaptée (l’objectif est de 95 à 100 grammes de PDI / kg de MS)
  • maîtriser le prix d’achat

 

  • Le renouvellement du troupeau

L’écart sur ce critère est de 11 € / 1 000 litres. Le coût de renouvellement correspond au différentiel entre le prix moyen des vaches quittant votre exploitation et le prix d’achat des génisses prête à vêler. Voici quelques axes d’optimisation :

  • viser un taux de renouvellement permettant d’amortir son troupeau
  • allonger la période productive de la vache laitière
  • minimiser la réforme “boucherie”
  • valoriser les réformes selon les saisons
  • anticiper la demande et vendant les animaux “excédentaires”
  • diminuer l’âge au vêlage des génisses

 

  • Les charges de structure

L’écart est assez important : 22 € / 1 000 litres. Les charges de structure sont un réel enjeu budgétaire : elles représentent plus de la moitié du coût de production, notamment sur la mécanisation et le matériel. Voici quelques pistes à suivre :

  • faire un bilan matériel
  • étudier les solutions alternatives de type CUMA ou location
  • anticiper les périodes de besoins de trésorerie
  • raisonner ses financements et le coût de ses emprunts

Avec ces éléments, vous pouvez rapidement rationaliser vos coûts et améliorer votre EBE de manière exponentielle, afin de gagner en compétitivité.

Envie d’en savoir plus ? Faites appel à un de nos experts Lait Solutions.