Mise à l'herbe

Réussir l’ensilage : 4 règles d’or pour la conservation optimale du silo

En vue de la réussite de l’ensilage, la confection du silo est une étape clé. Pour être sûr que votre silo sera bien conservé, il existe des repères : la densité, l’absence de moisissure ou d’échauffement, la bonne consommation du fourrage…

Les experts de Lait Solutions vous accompagnent ! Voici leurs 4 règles d’or pour optimiser la conservation du silo.

Règle n°1 : L’organisation optimale du chantier de récolte

Une mise en silo réussie passe d’abord par un chantier soigneusement organisé. Les décisions ne doivent pas être prises à la dernière minute. Nous vous conseillons ainsi d’organiser en amont votre chantier de récolte afin que tout se déroule au mieux le jour J.  

  • Quelques bonnes questions à se poser lors de la phase de préparation :
  1. combien d’ensileuses seront nécessaires ?
  2. quelle sera la largeur de coupe ?
  3. combien faudra-t-il de tasseurs ? De remorques ?
  4. par quel silo est-il préférable de démarrer ?
  5. quel sera l’ordre de passage dans les parcelles ?

L’hygiène a aussi son importance ! La préparation du chantier passe immanquablement par le nettoyage des silos (notamment grâce aux balais pousseur sur fourche) et de leurs abords.

  • Quel ordre des parcelles faut-il privilégier ?

Lors de la mise en route du chantier, il est préférable de démarrer au plus loin ou bien par des petits champs. Lorsque votre équipe est au complet et que les silos sont quasiment vides, vous pouvez vous attaquer aux plus grands champs.

Dès que le débit s’accélère au champ et au silo, il devient alors plus facile de rentrer des gros volumes de fourrages pour les tasseurs.

Astuce ! Pour réduire la vitesse de chantier et laisser l’équipe finir plus calmement, vous pouvez réserver les dernières parcelles de petites tailles : elles ralentiront l’arrivée des remorques et éviteront ainsi les bouchons au silo.

N’oubliez pas ! Prévoyez en amont l’achat de vos bâches, des objets de lestage ou des couvertures (boudins, maërl, sable, filet…)

Règle n°2 : Lors de la mise en silo, priorité absolue au tassage !

Aujourd’hui, dans un souci d’optimisation du temps, les chantiers sont accomplis très rapidement. Parfois trop et les tasseurs sont souvent débordés. Pour la conservation des silos, les conséquences sont négatives. Ils sont insuffisamment tassés et on relève fréquemment de fortes hétérogénéités d’un silo à l’autre.

Le tassage est pourtant le point central de la réussite de l’ensilage ! Il garantit en effet la conservation optimale du silo !

Les experts de Lait Solutions vous recommandent donc de particulièrement soigner votre tassage, quitte à y consacrer un peu plus de temps.

  • Mesurez la qualité du tassage

Pour évaluer la qualité du tassage, nous vous conseillons d’effectuer vos mesures de densité au front d’attaque quelques semaines après le chantier (2 ou 3 semaines a posteriori). Avec le temps, le silo a en effet tendance à se tasser. Vous pouvez accomplir cette mesure grâce :

  1. à des pesées (1m3 de fourrage)
  2. à des carottages (pesée de la carotte et connaissance du volume prélevé)
  • Quel objectif de densité atteindre ?

Pour assurer la conservation optimale du silo, Lait Solutions vous recommande de viser 220 kg MS/M3 au minimum. Si vous vous situez en-dessous de cet objectif, cela signifie qu’il reste beaucoup d’air dans le silo. Les conditions d’anaérobie sont alors menacées et les pertes peuvent être importantes.

  • Nos recommandations pour atteindre l’objectif de 220 kg MS/M3
  1. prévoir des silos larges car plus le silo est large et plus il y a de tracteurs à passer. Par exemple, 10 à 12 mètres de largeur au silo permet d’évoluer à 2 tracteurs (1 pousseur / 1 tracteur)
  2. prévoir 400 kg de poids tracteur/tonne de MS rentrante/heure
  3. gonfler les pneumatiques (il faut éviter les basses pressions pour bien tasser le silo)
  4. tasser à une vitesse de 3 à 4 km/h pour optimiser la confection
  5. veiller à bien charger le long des murs lors du démarrage du chantier (les zones difficiles à tasser sont plus complexes pour le tracteur). Il est donc souhaitable de commencer par les côtés
  6. étaler les couches de fourrages pour qu’elles soient inférieures à 30 cm. En effet, il est beaucoup plus facile de tasser par couche successive. L’air est alors mieux chassé
  7. prévoir 2 silos ouverts lorsque le débit de chantier est important (avec deux silos, il est possible d’alterner. Chaque engin a le temps de bien tasser son silo)
  8. privilégier un déchargement alterné (droite puis gauche) des remorques
  9. viser 3 minutes environ entre chaque remorque
  • Combien de tracteurs tasseurs faut-il prévoir ?

Pour rappel, le poids de tassage doit être adapté au débit de chantier.

    Poids de tassage = débit au silo (tonnes de MS rentrante/heure) x 400 kg.

Ainsi, plus le débit est élevé et plus le poids de tassage sera important.

Exemple 1 : Pour un débit de 2 ha/heure à 13 tonnes MS/ha, cela fait 26 tonnes de MH/heure x 400 kg = 10,4 tonnes de tracteur tasseur soit environ deux tracteurs de 120 chevaux (2 x 6 tonnes).

Exemple 2 : Pour un débit de 3 ha/heure à 13 tonnes MS/ha, cela fait 39 tonnes de MH/heure x 400 kg = 15,6 tonnes de tracteur tasseur soit deux tracteurs de 150 à 170 chevaux (2 x 8 tonnes).

  • Tracteur tasseur : quelques grands points de repères :
  1. 1 tracteur tasseur pour un débit de 1 ha/heure
  2. 2 tracteurs tasseurs pour un débit de 2 ha/heure
  3. lorsque le débit est très important (supérieur à 3 ha/heure), des questions se posent au sujets des engins tasseurs. Souvent, les chantiers de très grandes tailles ont recours à des chargeurs plus lourds (supérieurs à 15 tonnes).

Le saviez-vous ? Développée par le réseau CUMA Ouest, l’application TassSilo vous permet de vérifier que vos engins de tassage sont adaptés au débit du chantier.

Règle n°3 : Récolter l’ensilage de maïs entre 32 et 35% de matière sèche

Lorsque vous êtes rendu à ce stade, les longueurs de coupes préconisées sont 8 à 10 mm rendus auge.

A surveiller : en fonction de votre mode de distribution, un défibrage peut avoir lieu. Il faudra alors hacher plus gros au silo.

  • Le tableau Lait Solutions de recommandations :ensilageAttention ! Plus le maïs est sec et plus il sera dur à tasser puis à conserver. Dans le cas où votre maïs > 40% MS, privilégiez un hachage <10mm au silo pour assurer un tassage correct.
  • L’éclatage du grain, ce qu’il faut savoir :

Votre réglage dépendra principalement du taux de MS. Plus le maïs est sec et plus l’amidon est dur, de type vitreux. Dans une telle situation, il est recommandé de resserrer l’éclateur pour pulvériser au maximum le grain. En conséquence, la surface de contact dans le rumen est maximisée et la bonne valorisation de l’amidon assurée.

  1. Le tableau Lait Solutions de recommandations :

ensilage

Notre conseil : surveillez attentivement la réalisation de l’éclatage du grain en début de chantier. S’il le faut, n’hésitez pas à resserrer l’éclateur, même si cela doit ralentir votre chantier.

Règle n°4 : Bien couvrir le silo

La couverture du silo intervient à la fin : le maïs a été ramassé au bon stade, haché correctement et bien tassé.

Très important ! Plus la couverture du silo est rapide et meilleure sera la conservation. L’anaérobie et la conserve du silo démarrent ainsi plus rapidement. Par ailleurs, le mode de couverture conditionne aussi la facilité à reculer la bâche toute l’année. Il faut y penser !

  • Quelle couverture de silo privilégier ?

Sur le marché, il existe de nouveaux systèmes de fermeture des silos qui permettent d’atteindre de très bons résultats en terme d’étanchéité.

Par exemple, il est désormais possible d’utiliser un film plastique très étanche à l’oxygène, une bâche (filet) de protection et des boudins de lestage tous les 3 ou 5 mètres. La mise en place est simple et la reprise s’effectue facilement.

Pour tout renseignement complémentaire dans la confection de vos silos, n’hésitez pas à contacter les équipes d’experts de Lait Solutions. Ils vous répondent dans les meilleurs délais. Contactez-les en cliquant ici.