Alt="page-accueil-laitsolutions.com-site-audit-gratuit"

Quelle place pour la luzerne dans un système de production laitier ?

Pour les éleveurs laitiers, la culture de la luzerne est attractive, notamment dans un contexte de prix des intrants azotés élevés et de réduction des pesticides. Cette culture fourragère produit le plus de protéines à l’hectare, du fait de sa composition et de son potentiel de rendement. Cependant, la culture de la luzerne peut s’avérer délicate et son introduction dans un assolement doit être bien réfléchie.

Autre avantage de la luzerne : il existe une une aide PAC pouvant aller de 100 à 150 €/ha. Cette aide concerne l’implantation de la culture de la luzerne, la première année. La luzerne fait aussi partie des plantes qui fixent de l’azote au niveau de l’aide verte PAC.

La place de la culture de la luzerne dans les rotations

Avis aux producteurs laitiers, la luzerne constitue une très bonne tête de rotation. Sa pérennité de 4-5 ans permet de recharger favorablement le sol en matière organique. Sa racine pivotante et profonde (+ de 2 mètres) améliore la structure du sol en profondeur.

Enfin, cette légumineuse ne nécessite pas d’apport d’engrais azoté minéral : elle consomme celui du sol, ce qui est un plus pour la qualité de l’eau, grâce à la fonction épuratrice de la luzerne. Elle permet la valorisation de l’azote atmosphérique et fournit un reliquat azoté très intéressant pour les cultures suivantes. A condition d’être vigilant au moment du retournement de la culture. La culture suivante doit être installée rapidement.

Attention : Si l’on souhaite une bonne expression du potentiel de rendement de la luzerne, elle est assez exigeante ! La luzerne supporte mal les sols trop acides (pH<6) et hydromorphes. Ses besoins en amendements calciques, en phosphore et en potasse sont élevés.

Il faut respecter un intervalle de 5 ans entre deux luzernières pour limiter la pression des maladies.
En termes de conduite, la luzerne se mène en culture pure ou en association avec des graminées (préférentiellement le Dactyle ou la Fétuque élevée). Elle se sème comme une prairie et doit être idéalement inoculée pour assurer un bon démarrage. Les désherbages peuvent s’avérer délicats en fonction des cultures associées et des flores adventices observées.

La valorisation de la luzerne passe par la fauche

La luzerne supporte généralement assez mal le piétinement des animaux. Il est conseillé de la valoriser par la fauche, en ensilage, en foin ou en affouragement en vert. Comptez en général 4 fauches par an pour un rendement total qui varie de 6 à 15 Tonnes de matière sèche (TMS) / ha en fonction des années. Chaque fauche se réalise toutes les 4 à 8 semaines, en fonction de la repousse.

Le + : La luzerne est résistante aux conditions estivales séchantes. Elle produit au moment où la disponibilité fourragère est au plus bas dans les exploitations. Elle demande une consommation d’eau moins importante que d’autres plantes.
Cependant, les fauches répétitives prennent du temps et engendrent des coûts non négligeables. L’investissement se situe entre 150 à 200 €/ha pour chaque coupe, en fonction du produit, pour un temps de travail compris entre 2 et 3 heures/ha.

Pour 4 coupes et un rendement de 10 TMS/ha, cela revient à un coût de récolte d’environ 70 € / TMS. A titre de comparaison, le coût de récolte moyen d’un maïs ensilage se situe autour de 20 € / TMS.
Par contre, la luzerne est assez difficile à récolter, comme toutes les légumineuses, et les conditions de récolte impacteront fortement sa valeur (perte des feuilles).

De la protéine mais peu d’énergie

Pour les vaches laitières, la luzerne est un fourrage intéressant lorsqu’elle est associée au maïs ensilage, du fait de ses valeurs alimentaires. Elle a un pouvoir tampon important, qui limite les risques d’acidose.
Enfin, de par sa forte teneur en acides aminés ramifiés, minéraux et vitamines, la luzerne favorise le fonctionnement du rumen.

L’introduction dans les rations doit être maîtrisée. En effet, elle peut engendrer une dilution trop importante de la valeur énergétique totale due à son impact négatif sur l’ingestion totale en fourrage (encombrement luzerne > encombrement maïs). Mais l’apport de la luzerne dans les rations, quand il est bien dosé, permet une économie de correcteur azoté. L’intérêt de la luzerne sur le volet nutrition est surtout d’apporter de la fibre grossière permettant de sécuriser la ration. La luzerne favorise la rumination des vaches.

Pour des vaches laitières, il est conseillé d’introduire sur une ration base ensilage de maïs 2 à 4 kg de luzerne.

LIRE AUSSI : Nos conseils pour optimiser la ration

Culture luzerne : les valeurs en ensilage

Culture luzerne : comparaison des rations

Le conseil Lait Solutions

Les végétaux que vous cultivez sur votre exploitation laitière afin de nourrir votre troupeau de vaches ont un impact sur le rendement de votre activité. L’étude Système Lait Solutions vous permet d’optimiser votre système de production. Cette prestation tient notamment compte du système végétal que vous avez mis en place. L’expert Système Lait Solutions établit un pré-diagnostic de votre exploitation, à partir des renseignements que vous lui aurez fournis. Il rédige avec vous un plan d’action pour atteindre les objectifs que vous aurez ensemble.

Vous voulez en savoir davantage sur la luzerne et les aides PAC ? Osez le conseil environnement à distance !
N’hésitez plus ! Faites un audit gratuit en ligne.